Témoignage reçu d’un ami, le 16.06.20.
Il souhaite garder l’anonymat.

Voici que je rentre après ma journée… assez tumultueuse.

Le déconfinement va bon train, les échanges bureaucratiques s’accélèrent…

Entre les « Quand est-ce que tu reviens au boulot ? », comme si j’avais arrêté de travailler… ou les « faut qu’j’te vois », comme si j’avais manqué à quelqu’un.

Il y a aussi le fameux « Quand est-ce que t’es dispo ? » … mais putain, j’ai pas arrêté d’être dispo !!!

C’est quoi le problème… est-ce que le déconfinement est synonyme de tapis rouge pour certains ?

J’ai vu des hommes et des femmes aller au front, se battre, mouiller leur chemise et jouer le rôle de fantassin.

Et maintenant que ça se calme, les cols blancs sortent de la tanière… et imposent le système.

MERDE !

Macron avait-il raison ? était-ce une guerre ? une guerre de l’ombre ?

La société ne s’est pas arrêtée, elle a ralenti… et tout le monde s’y est adapté ! … ou presque, car le déconfinement est là, chacun fait comme bon lui semble, à chacun son interprétation…

Les boussoles s’affolent, les repères s’amenuisent, la confiance se perd… ou est l’info, la vraie ?
Celle en qui je pourrais avoir confiance ?

L’incertitude commence à me fatiguer, je combats avec l’épée du doute et la lame s’alourdit au fil des jours, ça va trop vite…

Cela s’accélère, le glaive en main je confronte les informations, les news, l’actualités, j’ai pas le temps, je lis en diagonale, la main est lourde et les infos reviennent de plus belle.

Un coup de fil de ma petite sœur : « Salut p’tit frère (j’ai 2 ans de plus qu’elle), juste pour te dire que j’ai perdu mon job, ils m’ont viré !

  • Hein !!! Comment ?  Pourquoi ?
  • Le Covid19, voilà, c’est comme ça, les actionnaires, l’argent, les affaires, c’est plus rentable… (pleurs)
  • Tracasse je vais rebondir.
  • Courage p’tite sœur (elle a 2 ans de moins que moi) je suis là si besoin, je passe tantôt, bisous, pleure pas …,

Faut continuer à avancer, garder la raison, pour m’orienter, pour ne pas me perdre.

Il faut rompre ce fatalisme, le destin est en chacun d’entre nous, regarder la lumière au bout du tunnel, ne pas la perdre de vue.

Pas évident de vivre sans oseille, flouze, pognon, monnaie, argent, blé, liquide, galette, … elle devra faire sans, courage sœurette.

Continuer à faire confiance à la vie,  lâcher prise, continuer le chemin.

On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux…

Photo Unsplash / Nikko Macaspac

1 réponse
  1. Elisabeth Loumaye
    Elisabeth Loumaye dit :

    C’est, vrai, il faut être fort pour vivre actuellement parce que nous vivons un monde où tout se disloque, mais nous n’avions rien prévu et la plupart veulent continuer avec les mêmes valeurs. C’est pourtant ces valeurs qui nous rendent souvent malheureux, mais on s’y accroche parce que nous n’avons pas d’autre alternative immédiate et surtout parce qu’il n’y a pas encore la volonté de changer notre société.. Personnellement, il y a trente ans, j’ai vécu une période de ma vie où j’ai tout perdu matériellement et affectivement et je suis tombée gravement malade.
    Je pense donc,qu’il va falloir créer un autre monde basé sur d’autres valeurs. Je dis parfois à mes enfants que tant qu’on a une tête pour penser, nos bras et nos jambes, nous sommes capables de nous en sortir.
    Courage, je suis certaine que le plus beau est à venir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *